Montreal ACORN members demand action from the housing tribunal

Posted May 9, 2018

On Wednesday, May 9, Montréal ACORN leaders went to the Régie du logement, Montreal’s housing tribunal, to demand compensation for furniture and other items public housing residents have had to discard in light of the proliferation of bed bugs in different parts of the Sud-Ouest. In one instance, a resident of Avenue Lionel Groulx, who preferred not to be named, was forced to discard two couches with a value of over $1,000. This is a problem faced by a large number of families and individuals, and the neighborhood’s elected officials are yet to adequately respond.
 
A letter was submitted to the Régie by ACORN members, which included the following list of demands and demonstrates the Montreal housing authority’s inability to maintain adequate public housing.
 
1) The implementation of a new tracking tool for residents having raised issues in their homes/buildings (maintenance, cleanliness, etc.)
2) More rigorous cleaning of building common areas, and more transparency on this issue
3) The complete, simultaneous extermination of all buildings affected by cockroaches and bed bugs in order to halt the relocation of insects
4) A complete revision of the service contract in place with Exterminapro in order to establish an extermination procedure that better suits the needs of residents
5) The installment and refurbishment of ventilation systems in kitchens, bathrooms, and common areas in order to damage the resilience of bed bugs and cockroaches
6) An increase in flexibility for residents when scheduling extermination procedures, and a suppression of the fine imposed in the case of two absences
7) In order to improve building security, that the OMHM be informed when the police is called to intervene in one of its buildings
 
______________________
 
Mercredi le 9 mai, un groupe de membres Sud-Ouest ACORN s’est présenté à la Régie du logement de Montréal  pour réclamer des dédommagements pour ceux vivant avec des punaises de lit ayant du jeter des meubles dans le cadre de la procédure d’extermination. Dans l’un des cas, un résident de l’Avenue Lionel Groulx, préférant ne pas être cité, a du jeter deux canapés d’une valeur de plus de $1.000. Il s’agit d’un problème subi par un grand nombre de familles et individus, et les élus du Sud-Ouest ne se sont jusqu’à présent pas exprimés.
 
Les membres ACORN présents ont déposé une lettre à la Régie, dans laquelle figure également une liste de demandes présentée pour la première fois à l’OMHM à la mi-décembre.
 
1) La mise en place d’un outil permettant un meilleur suivi lorsqu’un(e) habitant(e) soulève un problème dans son logement/immeuble (maintenance, propreté, infestation, etc.)
2) Un nettoyage plus rigoureux des parties communes dans les immeubles, et plus de transparence à ce sujet
3) L’extermination intégrale des édifices ayant des cas de punaises de lit ou de coquerelles afin d’éviter la relocalisation des insectes
4) La révision intégrale du contrat en place avec Exterminapro afin de décider d’une procédure d’intervention plus adaptée aux besoins des habitants
5) La mise aux normes de la ventilation dans les cuisines, les salles de bains, et les parties communes afin de stopper l’infestation d’insectes
6) Plus de flexibilité lors du choix des horaires d’intervention des exterminateurs, et la suppression de l’amende imposée en cas de deux absences
7) La mise au courant de l’OMHM lors de toute intervention de la police dans l’un de ses immeubles afin d’augmenter le niveau de sécurité